Les otaku

Publié le par Titelle


À l'origine, cette expression n'avait pas le sens qu'on peut lui connaître maintenant : otaku, en japonais, c'est « votre maison » et donc, par extension, une façon polie de vouvoyer son interlocuteur. Il semblerait que cette tournure ait été très prisée parmi les amateurs d'animation et de manga et, par extension, que le sens du terme ait évolué pour désigner aujourd'hui toute personne se consacrant à un hobby, le plus souvent fait en intérieur — le terme a par la suite acquis une connotation péjorative. Il désigne aujourd'hui (du moins en français) une personne qui se replie sur elle-même et ne vit plus que pour une passion .

Dans les rues de Tokyo, ils forment une tribu à part. Ils veulent rester en enfance, se déguiser, jouer et rêver. Les otaku ont entre 15 et 45 ans et pour échapper à ce pays fait de règles et aux pressions de cette société qui ne permet pas que l'on soit différent, ils s'inventent une vie, un personnage.

J'ai voulu vous parler des otaku car c'est un sujet original et un phénomène que j'ai pu observer lors de mes deux voyages au Japon, j'hallucinais et j'avais l'impression de pouvoir toucher les héros de mon enfance à savoir Sailor moon, Lamu... Je ne vais pas vous mentir et vous dire que j'ai tout aimé ou tout compris de ces coutumes si loin de ma culture mais ce pays et ses habitants m'ont toujours attirée. Donc si vous avez l'occasion de vous y rendre foncez, vous ne serez pas déçues. 

Lexique

Otaku : Fans de mangas, de dessins animés, de jeux vidéo, ne vivant qu'entre eux et que pour ces produits culturels dont ils ne cessent de créer et de consommer les dérivés. Apparus au début des années 80 au Japon, ils ont d'abord eu une image très négative. Leur existence est révélée par un fait divers macabre. En août 1989, un jeune de 27 ans, qui collectionne les mangas assassine quatre fillette. Par assimilation, tous les otaku sont alors vus comme des pervers.

Fanzine : Manga produit par des artistes amateurs et mis en vente lors de grands salons.

Cosplay : Contraction de l'anglais « costume playing ». Pratique apparue au Japon au début des années 90, qui consiste à se déguiser, de la manière la plus ressemblante possible, en héros de manga ou de jeu vidéo.

Idoles : Généralement des filles, elles incarnent des personnages de dessins animés et de mangas, composent des chansons, et se créent un réseau de fans auxquels elles vendent des produits dérivés.

Publié dans Mode

Commenter cet article